Salon du mariage de Nice 2016
Salon du mariage de Nice les 8 et 9 Octobre 2016
3 octobre 2016
Couverture du livre "Où va le maraige" d'Agnès Walch
Idées reçues sur le mariage
12 novembre 2016
Tout voir
Wedding planner photographe

Wedding planner photographe

Votre mariage est un jour merveilleux, et votre photographe a la lourde responsabilité de graver dans le marbre chacun de ces instants précieux. Il n’est donc pas question qu’il cafouille au moment crucial, ou que son matériel le lâche. Aussi nous a-t-il semblé important de vous éviter quelques erreurs au moment du choix de ce prestataire important.

La mission du photographe

Tout d’abord, il convient de clarifier le rôle du photographe. Un reportage de mariage un exercice plus difficile qu’il n’y parait.

Tout d’abord, la prise de vue doit couvrir toutes les phases clés, et elles sont nombreuses. Sur l’entrée de la mariée, le passage des bagues, les signatures, le lancer du bouquet, … le photographe a une obligation de résultat, et ce malgré la cohue, le manque de lumière ou la difficulté à disposer de suffisamment d’espace. A ce titre, il s’agit bien d’un reportage, le photographe doit ramener des images, quelles que soient les conditions du moment.

Par ailleurs, c’est aussi un moment qu’il faut valoriser, et les images doivent transcender la beauté des mariés, la joie du moment, l’élégance des lieux. A ce titre, cela signifie pour le photographe réaliser des images artistiques, de la photo de beauté, du portrait bien léché, choses que l’on fait habituellement dans le calme d’un studio photo où tous les paramètres sont contrôlés et où les conditions sont idéales. Ce n’est malheureusement pas le cas en général, et saisir de brefs instants pour en faire des morceaux d’éternité est un des talents du photographe de mariage. C’est à ce moment-là que la sensibilité de l’artiste doit lui permettre de saisir les émotions, les rires, les larmes et même les petits couacs qui feront sourire quelques mois plus tard.

Enfin, le photographe doit rester discret, tout en sachant obtenir la complicité des mariés et des convives pour coordonner les photos de groupe sans perdre de temps, car la fête n’attend pas.

Le choix du photographe

Avant de parler d’argent, vous allez chercher à l’évaluer sur, au moins, deux critères.

Le premier est sa fiabilité. Il est hors de question qu’il vous fasse faux-bond le jour J, quelle qu’en soit la raison. Aussi convient-il avant tout de savoir s’il travaille seul ou pas, et qu’il puisse vous expliquer quels sont ses plans B en cas de problème de dernière minute. Cette notion de fiabilité s’applique aussi à la viabilité économique de son activité, nous y reviendrons en fin d’article.

Le second est la qualité de son travail. Au minimum, les photos qu’il vous montre doivent être parfaites techniquement: mise au point, exposition, cadrage doivent être impeccables. Ceci n’est pas évident à assurer en raison de l’agitation qui règne souvent aux moments clés, ou en raison du retard si fréquent dans nombre de mariages qui peut l’amener à devoir travailler plus vite que prévu. De plus, la soirée se déroule dans un environnement très esthétique, mais très sombre et il n’est pas question de briser l’ambiance colorée de la piste de danse par des éclairs de flash. Le photographe doit par conséquent démontrer son aisance dans les conditions difficiles grâce à des images de précédents mariages.

Son matériel

Le photographe doit au minimum disposer de deux reflex. S’ils ne font pas le talent, ces appareils offrent la meilleure prestation possible du fait de la dimension de leur capteur et de la qualité de leurs objectifs interchangeables. Le fait d’en avoir deux lui permet de disposer d’un appareil de secours en cas de panne, mais aussi de disposer de deux focales différentes immédiatement disponibles, ce qui facilitera les changement de perspective au coeur de l’action.

Un matériel de bonne qualité coûte cher et il est logique que son coût d’achat se retrouve dans les tarifs. Là encore, le prix ne fait pas le talent, mais en dessous d’un certain prix, il est impossible d’amortir un matériel récent et performant.

Ses prestations

Les prestations d’un photographe sont habituellement de trois ordres.

La prise de vue s’effectue en des lieux divers et sur une période de 12 à 15 heures, qui s’étend de la préparation (coiffure, habillage) à la pièce montée, vers une heure du matin.

La post-production, c’est-à-dire la sélection préalable des clichés, leur mise en valeur (corrections, recadrage) et pour les meilleures d’entre elles, recherche artistique (version noir-et-blanc, colorisation partielle, photo-montages…) et de plus en plus souvent publication de tout ou partie d’entre elles sur un serveur de téléchargement d’images ou des réseaux sociaux. Cette phase, en fonction du nombre d’images à traiter, prend au bas mot deux à trois jours de travail continu.

Enfin, votre photographe peut vous proposer la réalisation d’albums et de divers produits à garder et à offrir. La réalisation d’un album, suivant sa complexité ou sa taille peut prendre un ou deux jours ouvrables qui seront facturés en sus, comme les coûts d’impression et de fabrication.

Ses tarifs

Lorsque l’on se marie, le nombre de prestataires mis en oeuvre nécessite de rester vigilant sur les coûts des prestations. Pour autant, le bon marché peut ne pas être une bonne affaire.

On a vu qu’un matériel fiable et de qualité (les appareils photos, les objectifs, mais aussi l’ordinateur pour la post-production, véhicule pour les déplacements, et locaux professionnels) génère des coûts importants qu’il convient de prévoir dans les tarifs, faute de quoi l’entreprise n’est pas viable et vous fait courir le risque d’une défaillance pour cause de faillite. Un photographe bien équipé possède couramment plus de 10.000 € de matériel photo et informatique plus bien sûr un véhicule. Une entreprise de photographie consacre ainsi environ la moitié de son chiffre d’affaires à sa fiscalité, à l’entretien et au renouvellement de son matériel et à ses frais généraux et, sauf si elle est en difficulté, n’a pas de raison de faire des tarifs anormalement bas.

Lorsque vous regardez les deux prestations de base de votre photographe, à savoir la prise de vue et la post-production, vous constatez qu’il vous consacre l’équivalent de 5 jours de travail dont une partie s’effectue en week-end et de nuit. Posez-vous des questions si son revenu, une fois les charges prélevées correspondant à la moitié de son tarif, est inférieur au SMIC horaire, d’autant que le mariage est une activité saisonnière. Ainsi, une prestation à 700€ correspond à un revenu horaire réel de 10 € environ en imaginant que votre photographe fasse 52 mariages par an, ce qui n’est jamais le cas s’il travaille seul. En réalité, un tarif de 900 € est véritablement un prix plancher pour une prestation de base. Ce point est important car il est courant que l’on réserve son photographe quelques mois en avance, qu’on lui verse un acompte, et il serait fâcheux que votre prestataire interrompe son activité dans l’intervalle et vous laisse en plan.

Conclusion

On a souvent tendance à privilégier les prestations qui contribuent à faire du jour J un moment merveilleux. Le lieu de la réception, la qualité du banquet, la décoration, les tenues des mariés consomment souvent l’essentiel du budget.  Pourtant, pour que le souvenir de ce jour reste vivant dans les esprits, le photographe a un rôle clé. La qualité de son travail doit être à la hauteur du soin que vous avez mis à organiser un des événements majeurs de votre vie, et dans quelques années, ses images en seront le témoignage.

Ne négligez donc pas la sélection de votre photographe, ne faites pas l’erreur de penser que tout le monde aura fait des photos et qu’il suffira de les récupérer pour faire une album (bon courage!). Il s’agit d’un travail de professionnel, et choisir un professionnel expérimenté, ayant pignon sur rue et pouvant vous apporter la preuve de son talent et de la qualité de ses prestations est une garantie de satisfaction.